Vous êtes dans : Accueil > Recherche > Projets > IDFRAUD - lutte contre les fraudes aux identités

IDFRAUD - lutte contre les fraudes aux identités

 

  • Intitulé du projet  : Framework Automatique et Opérationnel pour la Détection et le Profilage de Fraude sur l’Identité  (IDFRAud)
  • Objet  : développement d’un outil performant de détection de faux documents d’identités
  • Statut : projet ANR – (Agence Nationale de la Recherche)
  • Réalisation : du 2 février 2015 au 30 septembre 2018 (3 ans)
  • Partenaires : AriadNEXT, IRISA (laboratoire CNRS UMR 6074), Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale (IRCGN)
  • Coordination : AriadNEXT
  • Financement : Agence Nationale de la Recherche
  • Contexte :
    D’après l’Institut National Français de Hautes Études en Sécurité et Justice (INHESJ), plus de 12 000 cas de fraudes à l’identité ont été détectées par la police nationale en France en 2012. De plus, pour la même année, la Police aux Frontières a arrêté 9245 personnes en possession de documents d’identité falsifiés. Le nombre de faux papiers saisis par la Police aux Frontières en France a presque doublé en 2012 par rapport à l’année précédente.
    Le retour d’investissement d’un système efficace de détection automatique des fraudes à l’identité serait considérable. En France, la fraude à l’identité coûte 2 milliards € à la Sécurité sociale et entre 4 et 8 milliards € à l’Assedic. La fraude à l’identité représentait 50 % de la fraude au RMI et constitue une part tout aussi importante de la fraude au RSA. Elle alimente en majeure partie des flux destinés à l’étranger. Elle représente plusieurs centaines de millions d’euros de perte pour la Caisse d’Allocations Familiales, 180 millions € pour la SNCF et 30 millions € pour Air France
  • Objectif :
    • L’automatisation de l’analyse des pièces d’identité et la vérification de leur intégrité ainsi que leur classification
    • La mise en place d’un module de gestion des connaissances sur les pièces d’identité permettant notamment l’insertion et la modification des règles d’analyse de ces pièces
    • Le développement d’un moteur d’analyse automatique sur la base des faux documents afin de découvrir les relations entre les fausses pièces d’identités détectées.
Recommander cette page Haut de page