Vous êtes dans : Accueil > Témoignages d'élèves > " Sur les pas des futurs commissaires..." : récit de 2 élèves commissaires de la 65e promotion > "L'impatience et la joie"

"L'impatience et la joie"

Par Audrey Jeandel, mercredi 6 novembre 2013.

"Alors que les semaines se suivent, elles ne se ressemblent pas. Après les techniques de défense et d'intervention, nous nous familiarisons avec la matière judiciaire. Si cette dernière est au programme du concours de commissaire sous l'intitulé de « droit pénal » et « procédure pénale », elle n'a rien de commun ou presque avec les grands ouvrages de droit criminel. En effet, bien loin des préceptes acquis et rapidement rappelés, le contenu se veut avant tout pragmatique. Et cela tient notamment à la forme de notre cours (exercices et cas pratiques) mais aussi à la qualité de l'une de nos formatrices en la matière, une commissaire qui exerçait en service d'investigation il y a encore moins de trois mois. Elle tient donc à présenter une vision pragmatique et policière de la procédure afin de nous préparer au stage qui avance à grand pas.

A ce titre, quelques modalités restent encore à régler. Le port de l'arme exige de nous un certain entraînement, un comportement sécurisant et exemplaire. Et cela implique que les élèves-commissaires soient habilités à l'usage de l'arme. L'habilitation est l'une des conditions de l'exercice de notre mission de stagiaire sur la voie publique. A cet égard, chacun de nous évolue en « tir dynamique » sur un parcours soigneusement mis en place par les moniteurs APP. Une fois obtenue, nous préparons notre départ de l'école pour deux mois de stage.

Les tenues soigneusement repassées et pliées, c'est le cœur rempli de fierté que je m'apprête à revêtir l'habit de policier et à être confrontée à la voie publique. Mes collègues et moi attendons beaucoup de ce stage puisqu'il est, pour vingt d'entre nous, la véritable première prise de contact avec le monde professionnel, qui plus est policier. Néanmoins, si l'impatience et la joie prédominent lors des semaines qui précèdent le stage, je n'oublie pas mes deux collègues blessés pendant la scolarité. Ils n'auront pas la chance de fouler le pavé durant ces deux mois, mais l'ensemble de la promotion lui témoigne son soutien et ses pensées dans ce difficile moment".

Audrey Jeandel, 25 ans, ancienne élève de la CPI commissaire, élève de la 65ème promotion des commissaires.
Recommander cette page Haut de page