Vous êtes dans : Accueil > Témoignages d'élèves > " Sur les pas des futurs commissaires..." : récit de 2 élèves commissaires de la 65e promotion > "Revêtir l'uniforme de commissaire pour la première fois"

"Revêtir l'uniforme de commissaire pour la première fois"

Par Audrey Jeandel, lundi 30 septembre 2013.

"Le premier mois d'un élève-commissaire se déroule à une vitesse étonnante tant il est riche en enseignements et aussi marqué de temps forts. En effet, le temps de la découverte cède vite sa place au « noyau dur » de la formation d'un jeune élève-commissaire issu du concours externe, tels que l'apprentissage des techniques ou encore la déontologie policière. En bref, il s'agit de se voir enseigner un savoir qui est multiple : le savoir-être, le savoir-faire et le « savoir-réagir ».

L'emploi du temps est très rythmé et intense afin de combler notre impatience et de mieux nous préparer en vue du stage qui approche à grands pas. Alors que nous avons tous reçu nos lieux d'affectation, le premier stage parvient à se concrétiser peu à peu. Par ailleurs, les journées s’enchainent rapidement avec pour principal objectif d'apprendre plusieurs techniques dans chacun des cours, et ce quotidiennement. Si le corps récupère en une nuit, l'esprit est toujours occupé à la répétition de ce qui a été vu dans la journée pour le restituer de la meilleure façon qu'il soit au cours suivant, et demain, sur le terrain.

La journée typique est sans doute celle qui commence par un cours de boxe, lui-même suivi de l'enseignement des techniques de défense et d'interpellation : deux heures à transpirer et à renouveler des gestes qui peuvent nous sauver la vie, et surtout nous donner de l'assurance lors des opérations de police auxquelles nous aurons bientôt à prendre part. La matinée se poursuit par une séance de tir de deux heures aussi. Qu'elle se déroule en statique, en mouvement, derrière des abris hauts ou bas, en fente avant droite, debout ou à genoux, avec ou sans incident technique simulé, la séance de tir est indissociable du respect des règles générales de sécurité, irréductible condition posée par les moniteurs APP qui nous forment. Ce premier mois a permis une meilleure préhension de l'arme, l'assimilation des règles d'emploi et de nettoyage de cette dernière et une précision dans les gestes de tir.

L'après-midi s'organise principalement en deux temps, l'un étant l'enseignement de techniques d'interpellation comprenant le cadre juridique (contrôle d'identité, flagrant délit…) mais aussi les techniques plus particulières de la palpation de sécurité, du menottage, de l'appréhension d'une personne inscrite au fichier des personnes recherchées. Parfois, elle se poursuit par une conférence professionnelle en anglais ou en français, selon les thèmes et les intervenants.

Cet intense volume horaire représente autant de cours qui passionnent l'ensemble des élèves-commissaires. Et si les choses vont très vite pour nous, il faut cependant noter combien la remise des tenues et surtout des célèbres et tant attendues « feuilles de chêne » a été le point d'orgue de ce premier mois. Revêtir l'uniforme de commissaire pour la première fois est de loin l'image forte de ce début de scolarité puisqu'il incarne le passage de l'état de simple citoyen au statut de fonctionnaire de police. "

Audrey Jeandel, 25 ans, ancienne élève de la CPI commissaire, élève de la 65ème promotion des commissaires.

Recommander cette page Haut de page