Vous êtes dans : Accueil > Témoignages d'élèves > " Sur les pas des futurs commissaires..." : récit de 2 élèves commissaires de la 65e promotion > "S’enrichir des épreuves de nos collègues"

"S’enrichir des épreuves de nos collègues"

Par Rodolphe Journoud, dimanche 20 octobre 2013.

"Pas de pause ! Notre formation de commissaire de police se poursuit de façon intensive en vue d'entamer notre premier stage dans les meilleures conditions. En ce mois d'octobre, nous débutons quelques-uns des modules phare de notre formation, tels que la conduite de réunion, les conditions d'emploi de la force publique ou encore l'enquête de police et la procédure pénale.

Ce sont ensuite les habilitations techniques et notamment celle de l'arme de service. Beaucoup de pression pour les élèves externes ! Si les heures d'entrainement se sont cumulées ces dernières semaines, chacun semble très concentré au jour J du parcours d'habilitation. Nous ne pouvons pas passer à côté de cet exercice. Tout est fait pour que nous prenions très au sérieux ce module de notre cursus. Le port de l'arme de service et du gilet pare-balles n'est pas anodin. Il nous renvoie très concrètement à l'exercice du métier de fonctionnaire de police, au quotidien souvent dangereux auquel nos collègues sont confrontés.

C'est enfin une douloureuse nouvelle qui marquera en profondeur notre formation. Ce mois d'octobre est en effet entaché du décès de Thierry Dhios, gardien de la paix affecté à la sécurité publique de Lorient. Tous réunis dans le principal amphithéâtre de l'école, nous procédons à une minute de silence en sa mémoire. Je profite de cette situation particulière pour échanger sur le sujet avec des élèves issus du recrutement interne. J'apprends que les cas d'intervention sur les différends familiaux sont souvent les plus dangereux.

Je prends alors conscience que la formation d'un commissaire de police, futur chef de service, ne se limite surtout pas à un cumul de modules théoriques et techniques. Elle s'enrichit de l'ensemble des épreuves que nos collègues subissent au quotidien, des questions humaines et concrètes auxquelles nous allons être confrontées dans les prochaines semaines de notre premier stage…"

Rodolphe Journoud, 31 ans, ancien élève de la CPI commissaire, élève de la 65ème promotion des commissaires.

Recommander cette page Haut de page