Nous contacter

École Nationale Supérieure de la Police

Siège et Site de Saint-Cyr-Au-Mont-d'Or
9, rue Carnot
69450 SAINT-CYR-AU-MONT-D'OR
Tél. : 04 72 53 18 50

Site de Cannes-Écluse
BP 50097 - 77875 MONTEREAU Cedex
Tél. : 01 64 69 35 00

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > PROJET ANCHISE : FEU VERT DONNE PAR LA COMMISSION EUROPÉENNE AU CENTRE DE RECHERCHE DE L’ENSP DE POURSUIVRE SON ACTION CONTRE LE PILLAGE ARCHEOLOGIQUE

PROJET ANCHISE : FEU VERT DONNE PAR LA COMMISSION EUROPÉENNE AU CENTRE DE RECHERCHE DE L’ENSP DE POURSUIVRE SON ACTION CONTRE LE PILLAGE ARCHEOLOGIQUE

© ENSP

Le 27 juillet 2022, la Commission Européenne informait officiellement l’Ecole Nationale Supérieure de la Police (ENSP) de la sélection et du financement subséquent alloué au projet de recherche ANCHISE (Applying New solutions for Cultural Heritage protection by Innovative, Scientific, social and economic Engagement).

Ce projet avait été déposé en avril dernier par un consortium regroupant 15 autres partenaires issus de 7 pays différents, en réponse à un appel européen à projet relatif à la protection des artefacts et des biens culturels contre les menaces anthropiques.

Le projet ANCHISE vise ainsi à construire une réponse globale au problème du pillage, en se concentrant sur une zone géographique limitée afin de fournir des solutions durables et reproductibles. Il s’agit de faire un point sur les solutions innovantes existantes afin de faciliter la traçabilité des biens culturels et de favoriser le développement de nouvelles technologies, d’apporter une compréhension précise des contextes locaux, sociologiques et économiques, de former les acteurs et de diffuser les connaissances acquises, et enfin de renforcer la sensibilisation du grand public. 

Il impliquera non seulement une grande diversité de spécialistes de différentes disciplines (forces de sécurité intérieure, chercheurs et ingénieurs, musées, spécialistes du patrimoine culturel), mais associera également les citoyens et les populations locales.

Ce projet s’appuie sur les travaux précédemment développés et les expériences acquises pour renforcer la lutte contre les pillages archéologiques.

Rappelons  à cet égard l’engagement constant et remarqué depuis 2016 de l’ENSP sur ce champ de recherche criminelle : POLAR  (projet français, 2016 – ‘’Policiers et archéologues face au trafic d’antiquité ’’), H2020 NETCHER  (projet européen n°822585, 2019-2021 – ‘’Réseau et plateforme numérique pour la mise en valeur et la reconstruction du patrimoine culturel ’’), H2020 PREVISION  (projet européen n°833115, 2019-2021 –‘’Prédiction et intelligence visuelle pour les informations de sécurité ’’), NOSE  (projet français, 2021-2025 – ‘’Nouvelle encre de sécurité pour le marquage des objets archéologiques ’’, PITCHER  (projet européen Erasmus+, 2021-2024 – ‘’Prévention du trafic illicite du patrimoine culturel : ressources pédagogiques ’’).

Dans chacun de ces projets, y compris pour le projet ANCHISE, le service opérationnel référent est impliqué, en l’espèce l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC) de la direction centrale de la police judiciaire.

Le projet ANCHISE devrait débuter au dernier trimestre de 2022 et durer trois ans. Il bénéficie d’un budget européen de plus de 4 M€ . Le Centre de recherche s’adjoindra les compétences d’un gestionnaire de projet et d’un expert, ancien policier, pour assurer le suivi du projet et préparer l’organisation et la coordination des tests des outils développés dans des conditions opérationnelles quasi-réelles en présence de différentes forces de polices européennes.

Trois zones d’expérimentation ont ainsi été définies afin que les outils développés puissent être utilisés à chaque stade : chantiers de fouille, institutions culturelles et musées ainsi que des démonstrations aux frontières (aériennes, terrestres et maritimes).

Une série de trois sessions de démonstration sera organisée par l'ENSP à différents types de frontières pour tester les outils en fonction des contraintes du terrain et des réalités du travail des représentants des forces de sécurité face à des objets : contrôle des marchandises (entrée et sortie) par les douaniers dans un grand aéroport européen (aéroport de Roissy Charles de Gaulle étant ici pressenti) ; contrôle aux frontières terrestres (concernant les personnes et les marchandises) sur la frontière extérieure de l'UE ; contrôle des personnes et des marchandises à une frontière maritime.

Pour chaque session de démonstration, l'ENSP invitera les autorités locales chargées de l'application des lois (en particulier les autorités des gardes-frontières et des douanes) et l’ensemble des services concernés (tels que les services de police spécialisés dans la lutte contre le trafic illicite de biens culturels).

Recommander cette page Haut de page